Lorsqu’elle a commencé à s’aventurer dans la photographie dans les années 1990, Trina McKillen a appliqué son travail de scénographe à la construction de récits ou de scènes, souvent nimbés d’angoisse infantile. 

Agrémentée d’accessoires et de poupées miniatures, elles  illustrent son approche qui consiste à faire des photos qui transmettent un sentiment d’impuissance. Bien qu’elles ne fassent pas encore écho aux unes des journaux consacrées .à la crise des abus sexuels perpétré.s par le clergé qui accapareront son attention quelques années plus tard, ces premières images offrent un point de vue sur les préoccupations continuelles de Trina McKillen à l’égard des enfants et de leur vulnérabilité.

A propos de l’artiste

Trina McKillen est originaire de Belfast, en Irlande du Nord. Elle a déménagé à Dublin, en Irlande, dans son enfance, lorsque sa famille, Catholique Irlandaise, a été prise pour cible et menacée pendant les intenses conflits sectaires, appelés The Troubles. L’éducation qu’elle a reçue à Belfast lui a certainement laissé une marque indélébile.

Trina McKillen souvent travaille avec des textiles, en particulier du lin Irlandais, une étoffe qu’elle a utilisée pour rendre hommage au travail de sa propre mère, couturière, ainsi qu’à celui de plusieurs tantes de son père, employées dans une usine de lin Irlandais.

Née à Belfast en Irlande du Nord, Trina McKillen vit et travaille aux Etats-Unis.