Mnémosyne

Cette exposition est une déambulation, dans l’espace et dans le temps de notre mémoire. Elle regroupe des travaux d’époques diverses que nous avons réunis pour les liens les unissant entre eux et à l’espace de présentation. Ce sont des constructions imaginaires inspirées par les sites archéologiques réels que nous avons arpentés au cours de notre vie « d’archéologues architectes ».

Nous nous sommes, dès le début de notre travail, passionnés pour l’archéologie et les villes en ruines, et, à travers elles, pour l’architecture parce que nous pressentions le rapport étroit entre archéologie, architecture, mémoire et psyché. Et nous avons compris que l’architecture, qu’elle soit en ruines ou pas, pouvait être une métaphore de la mémoire et de la psyché. La pureté de l’espace créé par Renzo Piano nous a conduits à sélectionner des travaux architecturaux blancs, couleur choisie pour évoquer l’idée d’utopie, des architectures blanches contenues dans une architecture blanche, qui est elle-même un espace mental.»

L’exposition qui réunit une douzaine d’œuvres de 1979 à 2020 s’articule autour d’une monumentale maquette immaculée Mnémosyne (1990), du nom de l’antique déesse de la mémoire.

A propos des artistes

Après leurs études à l’École nationale supérieure des arts décoratifs, Anne et Patrick Poirier passent quatre ans à la Villa Médicis à Rome. Dès le début de leur séjour, en 1968, ils décident de travailler ensemble. Ce ne sont plus des artistes solitaires travaillant dans leur atelier respectif en quête d’un langage personnel, mais des voyageurs, arpenteurs de sites, découvreurs de civilisations, de religions et de cultures différentes. Enfants de la guerre (Anne est née en 1941 à Marseille, Patrick à Nantes en 1942), ils révèlent la fragilité des civilisations et des cultures, et leur esthétique est souvent celle du fragment, de la ruine, de la catastrophe.
En plus de cinquante ans de travail commun, ils ont eu des expositions personnelles dans nombre de musées et institutions culturelles : Musée national d’art moderne Centre Georges Pompidou, Paris (1978), MoMA, New York (1978), Musée d’art contemporain, Montréal (1983), The Brooklyn Museum, New York (1984), Festival d’Avignon, chapelle Saint-Charles, Avignon (2009)  Maison européenne de la photographie, Paris (2017), De Pont Museum, Tilburg (2018-2019), Villa Médicis, Rome (2019). Ils ont aussi participé à des manifestations et des expositions internationales majeures : Biennale des Jeunes, Paris (1973), Biennale de Venise (1976, 1980, 1984), documenta VI, Cassel (1977; Festival de Vienne, Autriche (1991) ; Biennale de Lyon (2000) ; Biennale de Busan, Corée du Sud (2002) ; Biennale de Buenos-Aires (2002) ; Biennale de Valence, Espagne (2003) ; Biennale de La Havane (2006) ; Triennale Echigo- Tsumari, Japon (2015) ; Carambolages, Grand Palais, Paris (2016), FutuRuins, Palazzo Fortuny, Venise, Italie (2018- 2019), Homère, Louvre-Lens, Lens (2019).